Quelle quotité choisir pour votre assurance de prêt immobilier ?

Quelle quotité choisir pour votre assurance de prêt immobilier ?

Bien que non obligatoire, la souscription à une assurance emprunteur est indispensable afin d’obtenir un prêt immobilier. Au moment de la signature du contrat, une quotité doit être définie afin de répartir la couverture entre les emprunteurs. Cette quotité permet de garantir une protection financière aux proches. Que représente la quotité d’assurance et que faut-il savoir à ce sujet ?

Qu’est-ce que la quotité d’assurance et comment la calculer ?

Définition de la quotité d’assurance 

La quotité d’assurance définit la part du capital empruntée garantie par la compagnie d’assurance. Autrement dit, elle décrit la répartition de la couverture fournie par l’assureur. Par exemple, pour un couple faisant un emprunt de 200 000€ et choisissant une quotité de 50% chacun, l’assurance couvre chaque emprunteur à hauteur de 100 000€.

Calcul de la quotité d’assurance

Au moment de calculer la quotité de chaque assuré, il s’agit d’évaluer les risques de chacun et de placer la moindre quotité sur le profil le plus risqué. Si les risques sont égaux pour les deux assurés, des quotités égales à 50% sont le plus souvent adoptées, mais les quotités peuvent être réparties comme le souhaitent les emprunteurs, tant que la quotité totale atteint 100% ou plus comme indiqué plus bas.

Par ailleurs, choisir la bonne quotité nécessite d’étudier de multiples paramètres chez les emprunteurs.

Comment choisir la bonne quotité d’assurance emprunteur ?

Il n’existe pas de répartition idéale de la quotité, celle-ci varie en fonction du projet et des profils des emprunteurs. Dans le cas de co-emprunteurs, l’un des deux peut par exemple exercer un métier à risques, son profil sera donc considéré comme plus enclin aux accidents de la vie et cela est un critère à prendre en compte dans le choix de la quotité.  À savoir  que si aucune compagnie d’assurance ne souhaite assurer un profil jugé trop risqué, celui-ci peut se tourner vers une convention AERAS afin de lui faciliter l’accès à l’emprunt immobilier.

En outre, si les revenus d’un des co-emprunteurs sont bien plus élevés que l’autre, il endossera logiquement une quotité plus importante.

Ces données ne représentent qu’une partie des éléments à considérer avant de choisir la quotité adaptée à sa situation. Ainsi le ou les emprunteurs doivent au préalable faire un bilan de prévoyance, cet état des lieux permet d’appréhender ses besoins en cas de sinistres futures.

D'autres part, choisir les quotités appropriées exige de se poser un certain nombre de questions :

  • Quelle sera ma situation professionnelle pour la même période ?
  • Comment vont évoluer mes revenus sur le court, moyen et long terme ?
  • Dans quelle situation se trouveraient mes proches en cas de décès ? Pourront-ils prendre en charge le remboursement du capital dû restant ?
  • En cas d’invalidité, ma pension sera-t-elle suffisante pour poursuivre le remboursement des mensualités ?
  • Serais-je en mesure d'assumer la totalité des quotités de l'assurance de prêt immobilier en cas de divorce ?

Quelles quotités choisir en empruntant à deux ?

Une couverture déséquilibrée 100 / 0

Ce choix s’applique en général lors de deux situations :

  • L’un des deux co-emprunteur perçoit des revenus plus importants que l’autre. Par exemple, si l’un touche 800 € et l’autre 2000 €, le premier prendra une quotité de 80 % et le second 20 %
  • Le profil d’un des co-emprunteurs présente des risques élevés (métier à risque, maladie grave…), ce dernier peut alors assumer une quotité de 100%. Si celui-ci vient à disparaître, l’assurance prend alors en charge la totalité des remboursements restant. Mais à l’inverse, si l’emprunteur ne présentant pas de risques disparaît, alors 100% des remboursements sont à la charge du survivant.

Une quotité égale 50 / 50

Dans ce cas, chaque emprunteur se voit attribuer une quotité de 50%. C’est le choix le plus courant lorsqu’aucun des profils ne présente de risque médical notable.

Par exemple, pour un prêt de 200 000€, chaque emprunteur bénéficiera d’une couverture de 100 000€. En cas de décès d’un des deux emprunteurs, l’autre doit s’acquitter de 50% du capital restant dû, soit la moitié de la somme restante.

Une couverture complète 100 ou 200

Il est possible de s’assurer à 100% par tête et aboutir à une couverture de 200%. En choisissant cette formule, l’assurance prend en charge 100% du capital restant dû en cas de décès de l’un ou de l’autre emprunteur. Cette couverture est la plus protectrice mais également la plus coûteuse. Les risques couverts par l’assurance étant plus élevés, la prime d’assurance se voit également augmentée.

À noter qu’il est possible de choisir une quotité d’assurance distincte entre deux assurés concernant les garanties, c’est le cas des garanties décès, Perte Totale d’Autonomie (PTIA) et Invalidité Permanente Totale (IPT).

Quelles sont les étapes à suivre pour choisir la meilleure quotité possible ?

Bien que la plupart des emprunteurs choisissent une quotité à hauteur de 50% chacun, ce pourcentage n’est pas toujours le plus adapté. Choisir la meilleur quotité pour son assurance de crédit immobilier nécessite d’examiner l’évolution de certains éléments présents et futurs de chaque emprunteur.

Évaluer les revenus de chaque emprunteur

Le pourcentage de quotités réparties est généralement adapté en fonction des différences salariales et des apports de chaque emprunteur aux finances du couple. Si les emprunteurs sont mariés, une revue du patrimoine de chacun est conseillée afin d’anticiper les détails relatifs à un éventuel divorce.

Anticiper sur l’évolution du ménage

Les changements survenant dans la famille sont évidemment à prendre en compte et il est dans l’intérêt des emprunteurs de les prévoir au mieux. L’éventualité dans laquelle l’un des co-emprunteur se retrouverait seul doit être prise en compte au moment de choisir les quotités.

Effectuer un bilan de prévoyance

Au moment de faire un emprunt à plusieurs, il s’agit de prendre en compte de nombreux éléments relatifs à la situation financière mais aussi médicale de chacun, c’est l’occasion d’effectuer un bilan de prévoyance. Cet état des lieux permet d’adopter les quotités les plus adaptés à la situation des emprunteurs.

Changer de quotité avant la fin du remboursement

Que le contrat soit une assurance groupe ou issu d’une compagnie d’assurance extérieure à l’établissement prêteur, un changement dans la situation d’un ou de plusieurs co-emprunteurs peut amener à la volonté de modifier les quotités. Une telle opération doit obligatoirement être précédée d’un accord de la banque.  

Deux modifications sont possibles :

  • Augmentation de la quotité de l’assurance de prêt. Si les emprunteurs souhaitent augmenter la quotité de leur assurance d’emprunt immobilier, une demande doit être faite à la compagnie d’assurance. Celle-ci peut modifier la quotité moyennant une modification de tarif à la hausse, en effet une telle modification permet de mieux couvrir les assurés et engendre par conséquent une surprime. À savoir que l’assureur est susceptible de faire une réévaluation du risque en raison de l’âge plus avancé de l’assuré par rapport au moment du prêt, des formalités médicales peuvent également être à nouveau demandées.
  • Diminution de la quotité de l’assurance de prêt. Cette opération est beaucoup plus délicate puisque qu’elle conduit à réduire la couverture de l’assuré. L’organisme financier prêteur y est beaucoup moins enclin, et seule une autorisation de modification par courrier de celui-ci permettra la diminution. Si l’emprunteur trouve un meilleur contrat d’assurance de prêt via une délégation d’assurance, celui-ci devra présenter un total de quotités équivalent ou supérieur au premier.

Dans les deux cas, une modification des quotités entraînant un changement tarifaire, il est intéressant d’effectuer une délégation d’assurance. Souscrire à un nouveau contrat peut notamment permettre des économies sur les cotisations en bénéficiant d’une couverture égale ou meilleure.

Comment annuler la quotité d’un des emprunteurs ?

Si les emprunteurs se séparent, la couverture d’un des deux co-emprunteur peut être annulée. Trois possibilités se présentent alors :

  • Un remboursement par anticipation
  • Une proposition de l’autre emprunteur d’une garantie supplémentaire à l’établissement bancaire
  • L’accord de la banque prêteuse que l’un des deux co-emprunteur se désunisse de l’emprunt.

En conclusion, le choix de la quotité de son assurance doit être bien étudié car il dépend de multiples paramètres. Afin de bénéficier d’une couverture maximale, Il soit conseillé de définir une répartition de quotité de 100% chacun. Trouver une assurance proposant le contrat le plus adapté à son profil exige un grand investissement de temps et d’argent, c’est pourquoi il est conseillé de passer par un courtier en crédit immobilier qui aide les assurés à comparer les offres d’assurance emprunteur du marché.